L'Amour sacré
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
"Un pays uni rien ne lui résiste" (F. Bayrou)
 
Vign_muse-2
 
Vign_miro
Les droits de l'homme (Joan Miro, 1974)
Pierre Desproges

Quelques extraits et citations

"(...)Démilitariser les hymnes nationaux, ça c'est une bonne idée. Il est tout à fait inouï de constater que dans les pays du monde où ce sont les civils qui font le pain, les maisons, les outils et les chansons, les fêtes nationales et leurs hymnes glorieux sont, au mieux, des apologies de l'engeance kaki parasitaire ou, au pire, des appels hurleurs au meurtre guerrier. Si les ministères concernés m'avaient fait l'honneur de solliciter mon avis, quant aux paroles de la Marseillaise, j'eusse depuis longtemps déploré que les soldats y mugissassent et préconisé vivement que les objecteurs y roucoulassent que les bergères y fredonnassent et que les troubadours s'y complussent. (...)"

"Que la vie serait belle si tout le monde doutait de tout, si personne n'était sûr de rien. On pourrait supprimer les trois quarts des mots en "iste", fasciste et communiste, monarchiste et gauchiste, khomeyniste et papiste."

"(...) En cherchant bien, on finit par trouver au régime démocratique quelques avantages sur les seuls autres régimes qui lui font victorieusement concurrence dans le monde, ceux-ci semblables de la schlag en bottes noires ou du goulag rouge étoilé. (...) Dans l'un comme dans l'autre cas, les chefs des drapeaux rouges et les chefs des chemises noires ne vont qu'au pas cinglant de leurs bottes guerrières, le torse pris dans un corset de fer à l'épreuve de l'amour et des balles. Ils vont, tragiques et le flingue sur le coeur. Ils vont, métalliques et la peur au ventre, vers les palais blindés où s'ordonnent leurs lois de glace. Ils marchent droits sous leurs casquettes, leurs yeux durs sous verre fumé, cernés de vingt gorilles pare-chocs qui surveillent les toits pour repérer la mort. Mais la mort n'est pas pour les chefs des drapeaux rouges ni pour les chefs des chemises noires. La mort n'est pas aux fenêtres des rideaux de fer. Elle a trop peur."

"La seule conscience politique que j'ai, c'est de tenir à ne pas en avoir - pas du tout par lâcheté - c'est parce que je n'ai jamais pu m'apercevoir que la gauche était mieux que la droite, que les rouges étaient mieux que les noirs."

Schéma d'un scrutin
Vign_election

Le scrutin de l'élection présidentielle de 2007 a été pour moi presque idéal avec un faible score pour le front national et l'extrême gauche et un vote centriste conséquent. Mais c'est la seule fois depuis 81. La montée du FN se constate à chaque fois que la gauche arrive au pouvoir. La gauche est-elle trop laxiste ? Ou faut-il s'en prendre uniquement à la crise économique qui dure depuis si longtemps ?

Les idéologies opposées :

communisme contre fédéralisme
socialisme contre libéralisme
mondialisme contre patriotisme
humanisme contre nationalisme

communisme PC FG LO LCR
socialisme et mondialisme
PS EE MEI MRG
humanisme et fédéralisme
MoDem UDI GE Cap21
libéralisme et patriotisme
(UMP) Les Républicains
nationalisme FN MPF

"Les extrêmes c'est jamais bon." Il faut donc expliquer en quoi le communisme et le nationalisme sont deux mauvaises voies politiques. Historiquement Staline et Mao d'un côté et Hitler de l'autre apportent la preuve que ces deux idéologies peuvent conduire à la catastrophe. La lutte des classes d'un côté, la guerre raciale de l'autre. Le communisme à visage humain c'est le socialisme. Le nationalisme à visage humain c'est le patriotisme. Mais socialisme et libéralisme peuvent aussi avoir des dérives graves, étatisme excessif d'un côté, capitalisme effréné de l'autre. La voie du juste milieu est la voie girondine celle du fédéralisme qui délègue le pouvoir au niveau local et celle de l'humanisme qui se soucie de l'avenir du monde. Et l'écologie dans ce schéma où faudrait il la situer ? Je crois que c'est fondamentalement une idéologie de gauche. Les Verts sont parfois même plus à gauche que le PS. Mais l'écologie de droite existe aussi avec Génération écologie ou Cap21. Les partisans de la décroissance seraient à l'évidence plutôt à l'extrême gauche tandis que le parti chasse pêche nature et tradition peut être considéré au contraire comme proche de l'extrême droite. Donc l'écologie n'est ni de droite ni de gauche. Il semblerait pourtant que si une alliance de tous les partis écologistes devait avoir lieu elle serait plutôt classée au centre-gauche. L'idéal pour moi serait que le parti centriste (UDI+ Modem) s'empare de ce sujet et fasse alliance avec des écologistes démocrates (GE, MEI, Cap 21, UDE, EEV, EL). Ainsi il-y-aurait l'espoir de constituer une force politique centrale capable de faire jeu égal avec le parti de droite et celui de gauche (LR-PS). Mais le FN est trop haut et donc l'alliance du centre et de la droite élargie à une partie seulement des écologistes semble être pour le moment la seule solution pour éviter la victoire de l'extrême droite. Et puis historiquement la droite a toujours gouverné avec les centristes.

Vign_elections
Les modèles agricoles

Le syndicalisme agricole aussi reproduit un peu ce même clivage droite-gauche et ces divergences. J'ai voulu faire une classification des différents modèle pour l'agriculture en essayant de voir les correspondances avec les organisations syndicales ou professionnelles qui existent.
Modèles d'agriculture :
traditionnelle CR
intensive FNSEA
innovante SAF
raisonnée JA
biologique FNAB
paysanne CP
On peut regrouper deux par deux ces six modèles : familiale, d'entreprise, citoyenne. Chaque ferme est un mélange de ces six modèles avec des dosages différents. Mais chacun des modèles peut avoir des dérives ou des dysfonctionnements. Il-y-a deux notions opposées celle de la viabilité et celle de la durabilité. Par exemple une agriculture trop intensive est non-durable tandis qu'une agriculture trop extensive est non-viable.
Voici les dérives possibles agriculture :
traditionnelle ou trop conservatrice
intensive ou trop polluante
innovante ou trop industrielle
raisonnée ou trop administrée
biologique ou trop extensive
paysanne ou trop autarcique
Voici les oppositions pour voir si le schéma "colle" avec la réalité : agriculture
traditionnelle contre administrée
intensive contre extensive
innovante contre autarcique
raisonnée contre conservatrice
biologique contre polluante
paysanne contre industrielle
C'est une mauvaise gouvernance qui peut mener à un échec. Par exemple la collectivisation forcée de Staline en Union Soviétique dans les années 30 et le grand bond en avant de Mao en Chine. Supprimer la famille ou l'esprit d'entreprise revient à faire s'effondrer l'agriculture. La famine a été la conséquence de cette politique hostile envers les familles paysannes.
Une libéralisation effrénée peut conduire aussi à une concurrence déloyale et à une chute des prix s'il-y-a une crise de surproduction et une dérégulation des marchés. La conséquence peut être un agrandissement démesuré des structures ou une intensification déraisonnable des productions conduisant à une pollution inquiétante pour l'environnement et la santé.
La voie du juste milieu est sans-doute une agriculture qui réconcilie grâce à des nouveaux savoirs-faire l'écologie et la nécessaire compétitivité. Nourrir le monde et protéger la planète. Une agriculture intensivement écologique. L'agriculture a une réponse à apporter aux changements climatiques. Elle a des défis immenses à relever dans le monde.
Le concept d'agriculture familiale est proposé par les organisations non gouvernementales comme l'AFDI. Il s'agit de promouvoir à la fois une modernisation de l'agriculture pour apporter un revenu à la famille en plus de l'auto-consommation et une indépendance vis-à-vis de l'agro-industrie. Un modèle où les paysans seraient les principaux acteurs pour éradiquer la famine qui sévit toujours en Afrique ou ailleurs malgré des progrès indéniables.

Vign_feuille
Harmonisation vocale

Quand on chante à l'unisson les hommes ont une voix qui est une octave plus grave que les femmes. Ce qui explique que la tessiture est différente. Elle serait en moyenne de deux octaves centrées sur le la2 pour les hommes {la1 - la3} et centrées sur le mi3 pour les femmes {mi2 - mi4} donc quelques notes plus bas. Mais dans une harmonisation chorale à quatre voix c'est bien d'avoir une grande amplitude de sons entre les graves et les aigus. Donc la note médiane des basse et ténor ou plutôt baryton basse et ténor serait autour du mi2 et du la2 tandis que celle des sopran et alti ou plutôt mezzo-sopran et alti autour du ré3 et du sol3. Bien sûr certaines sopran peuvent monter bien plus haut jusqu'au do5 mais certains contre-ténors peuvent monter encore plus haut jusqu'au mi4 deux notes au-dessus. De même des vrais basses peuvent descendre très bas jusqu'au do1 mais des contralto peuvent descendre encore plus jusqu'au la1. Mais dans une chorale mixte les pupitres de contralto et de contre-ténors ne sont pas nécessaires car le même son peut être produit par des basses ou des sopran sans forcer exagérément la voix.  J'ai été tenté d'inverser les clés pour écrire une partition harmonisée à plusieurs voix parce que les notes descendent un peu pour les alti en dessous de la portée en clé de sol et qu'elles montent un peu au-dessus pour les ténors en clé de fa, mais je me suis rendu compte que ça ne valait pas la peine et que la lecture globale devenait au contraire plus difficile pour quelqu'un comme moi habitué à jouer du piano. L'intérêt d'inverser les clés c'est-à-dire clé de fa octaviée au-dessus pour les femmes et clé de sol octaviée au-dessous pour les hommes c'est dans le cas de chorales non mixtes où la voix de contre-ténor ou de contralto est nécessaire pour remplacer respectivement les voix féminines ou masculines. Pour ce qui est de la voix des enfants dans une chorale mixte et mélangée entre adultes ados et enfants, la logique voudrait que les enfants chantent la voix d'alto pour ne pas monter au-dessus du do4. Mais on ne les entendrait pas. Alors l'idéal serait je pense la voix de mezzo-soprano. De même les hommes pourraient chanter à l'unisson une voix de baryton intermédiaire entre ténor et baryton-basse. Les femmes seraient elles aussi à l'unisson avec une voix d'alti laissant ainsi le chant aux enfants qui seraient alors parfaitement mis en valeur. Les notes médianes seraient sol2 - do3 - fa3. Pour une chorale mixte d'adultes à 4 voix l'idéal serait peut-être : mi2 - si2 - ré3 - la3. Pour une chorale non mixte à deux voix : fa2 - do3 pour les hommes et do3 - sol3 pour les femmes.

Pupitres et notes médianes

pour les femmes :


do4 soprano
la3 mezzo-soprano
fa3 mezzo
ré3 alto
si2 contralto

pour les hommes :


ré3 contre-ténor
si2 ténor
sol2 baryton
mi2 baryton-basse
do2 basse

Vign_vert
Vign_fuller
La carte du monde de Fuller ou la projection en triangles est la seule qui respecte la réalité par contre la lecture est plus difficile avec le pôle nord au centre et le contours difforme. Cette projection en vingt triangles équilatéraux est très originale et très belle. On peut s'amuser à découper une sphère géodésique puis la déplier comme une peau d'orange. Fuller était un architecte américain qui a inventé justement cette construction en forme de sphère géodésique. C'est ce qui lui a donné l'idée de proposer cette carte qui donne une image surprenante et anticonformiste du monde. La carte de Mercator offrait une vision eurocentrique au temps des grandes découvertes. Très pratique pour les navigateurs les angles étant préservés elle agrandit exagérément les zones proches des pôles. L'Antarctique étant la plupart du temps tronqué c'est l'Europe qui se retrouve au centre. Peters a voulu casser cette image dans les années 70 et a proposé une vision tiers-mondiste séduisante en respectant cette fois parfaitement les surfaces mais plus du tout les angles ni les distances. C'est l'Afrique du coup qui se retrouve au centre. D'autres projections existent entre celle de Peters et celle de Mercator sans déformer trop ni les angles ni les surfaces. Elles apparaissent idéales pour une lecture simplifiée. Celle de Fuller est moins lisible mais plus belle je trouve. La terre est vue comme une seule île plongée dans un immense océan. C'est une vision écologique.
Vign_fuller2
La même carte avec un découpage différent où on retrouve le schéma classique le nord en haut le sud en bas et une forme un peu en w. Je trouve que cette image me convient mieux. On pourrait dessiner les continents et les visualiser sans aucune déformation. La grande Europe de l'Atlantique jusqu'à la Volga, l'Asie immense, l'Afrique, les deux Amériques, l'Océanie et l'Antarctique.
Vign_fuller5
 

La nouvelle Marseillaise
une version des francs-maçons

Enfants du niveau, de l'équerre,
Le jour de gloire est arrivé ;
On entend dans la France entière
Que les cris de l'égalité.
Sans avoir prôné vos mystères,
Sans avoir trahi vos serments,
Vous voyez arriver les temps
Qu'avaient préparés vos lumières.

Aux armes, citoyens !
déchargez vos canons !
Tirez, tirez à la santé
de tous les vrais maçons.

Quoi ! des profanes et des lâches
Osaient mépriser nos marteaux,
Quand dans vos temples, sans relâches
Vous leur destinez vos travaux.
Amants sacrés de la nature,
Répandez toujours vos bienfaits ;
Ces jaloux ne pourront jamais
Tenir la vertu la plus pure.

Tremble, méchant, et toi parjure,
Tu vois ici tes ennemis ;
De nouveau chacun de nous jure
De te poursuivre en tout pays.
Mais toi, malheureux sans ressource,
Toi, vertueux persécuté,
Viens chez nous, de l'humanité
Nous te découvrirons la source.

Vous qu'on admit dans les mystères,
Qu'après bien des ans révolus,
Vous trouverez encore des frères
Elevant un temple aux vertus ;
Non moins jaloux de leur estime,
Que de partager leurs travaux,
Vous allez creuser les tombeaux
Qui doivent engloutir le crime.

Amour sacré de la patrie
Tu vois chez nous tes défenseurs ;
Chez nous l'égalité chérie
Trouve de nouveaux zélateurs
Sur la surface de la terre,
Tous les francs-maçons répandus
Ne font que prêcher les vertus
Ne font que porter la lumière.

 

La Marseillaise de la paix
une autre version maçonnique

Progrès ! partout ce mot résonne
Gage d'un heureux avenir,
Mais toujours la nuit environne
Cet astre si lent à venir.
Pour percer les crêpes funèbres,
Dont se voilent les préjugés,
Maçons, des coeurs découragés,
Dissipez les sombres ténèbres.

Et reprenant leurs droits,
la douce charité,
La vérité affranchiront
du joug l'humanité.

Quoi ! toujours du sang et des larmes,
Toujours d'incessantes clameurs,
Des plaintes et des cris d'alarmes,
Toujours des soupirs et des pleurs !
Non, sur tous les points de la terre,
Proclamons la fraternité,
La paix, l'amour, la liberté ;
A jamais bannissons la guerre.

Si parfois de la politique
L'égoïsme dicte les lois,
Qu'une assemblée démocratique
Plus haut ose élever la voix.
De tous les peuples de la terre
Formons une chaîne d'amis ;
Dans chacun de nos ennemis,
Ah ! que chacun retrouve un frère !

Les uns auraient pour héritage
Et le chagrin et le malheur,
Tandis que les autres en partage
N'auraient que joie et que bonheur ?
Non, le Dieu qui créa le monde
Pour tous fait lever le soleil ;
Ah ! proclamons un droit pareil,
Aidons le pauvre que l'on fronde.

Maçons que ce banquet rassemble,
Vrais soldats de la vérité,
Vidons, amis, vidons ensemble
La coupe de fraternité.
Puissions-nous, c'est mon espérance,
A tous profane offrant la main,
Tous un jour voir le genre humain
Former enfin la sainte alliance.

La Marseillaise de la Courtille

Le retour du soldat (Antignac, 1792)

Allons enfants de la Courtille,
Le jour de boire est arrivé.
C'est pour nous que le boudin grille,
C'est pour nous qu'on l'a conservé.
Ne vois-tu pas dans la cuisine
Rôtir des dindons et gigots ?
Ma foi nous serions bien nigauds
Si nous leur faisions triste mine.

A table, citoyens !
videz tous les flacons
Buvez, mangez,
qu'un vin bien pur
humecte vos poumons !

Décoiffons chacun sept bouteilles
Et ne laissons rien sur les plats,
D'amour faisons les sept merveilles,
Au
milieu des plus doux ébats.
Pour nous, français ah ! quel outrage !
S'il fallait rester en chemin
Que Bacchus pa son jus divin
Elève encore notre courage.

Tremblez lapins, tremblez volailles,
ou bien prenez votre parti !
Ne tremblez que dans nos entrailles,
pour apaiser notre appétit.
tout est d'accord pour vous détruire,
Chasseurs et gloutons tour à tour,
Peut-être viendra-t-il un jour
Où c'est vous qui nous ferez cuire.

Quoi des cuisines étrangères
Viendraient gâter le goût français !
Leurs sauces fades ou légères
Auraient le véto sur nos mets !
Dans nos festins quelle déroute !
Combien nous aurions à souffrir !
Nous ne pourrions plus nous nourrir
Que de fromage ou de choucroute.

Amis, dans vos projets bachiques,
Sachez ne pas trop vous presser,
Epargnez ces poulets étiques,
Laissez les du moins s'engraisser.
Mais ces chapons aristocrates,
Chanoines de la basse-cour,
Qu'ils nous engraissent à leur tour
Et n'en laissons rien que les pattes.

Amour sacré de la bombance,
Viens élargir nos estomacs,
Quand on pense à panser sa panse
Faut-il consulter l'almanach.
Du plaisir de manger et boire
Nous te devons l'invention ;
Sauves-nous l'indigestion
Pour que rien ne manque à ta gloire.

La Marseillaise anticléricale (1881)

Mais quels crimes le clergé a-t-il commis ?

Allons ! fils de la République,
Le jour du vote est arrivé !

Contre nous de la noire clique
L'oriflamme ignoble est levé.
Entendez-vous tous ces infâmes
Croasser leurs stupides chants ?
Ils voudraient encore, ces brigands,
Salir nos enfants et nos femmes !

Aux urnes, citoyens,
contre les cléricaux !
Votons, votons
et que nos voix
dispersent les corbeaux !

Que veut cette maudite engeance,
Cette canaille à jupon noir ?
Elle veut étouffer la France
Sous la calotte et l'éteignoir !
Mais de nos bulletins de vote
Nous accablerons ces gredins,
Et la voix de tous les scrutins
Leur crieront : à bas la calotte !

Quoi ! ces curés et leurs vicaires
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi, ces assassins de nos pères
Seraient un jour nos meurtriers !
Car ces cafards, de vile race,
Sont nés pour être inquisiteurs...
A la porte, les imposteurs !
Place à la république ! place !

Tremblez, coquins ! cachez-vous, traîtres !
Disparaissez loin de nos yeux !
Le peuple ne veut plus de prêtres,
Patrie et loi, voilà ses dieux !
Assez de vos pratique niaises !
Les vices sont vos qualités.
Vous réclamez des libertés ?
Il n'en est pas pour les punaises !

Citoyens, punissons les crimes
De ces immondes calotins,
N'ayons pitié que des victimes
Que la foi transforme en crétins
Mais les voleurs, les hypocrites,
Mais les gros moines fainéants,
Mais les escrocs, les charlatans...
Pas de pitié pour les jésuites !

Que la haine de l'imposture
Inspire nos votes vengeurs !
Expulsons l'horrible tonsure,
Hors de France les malfaiteurs !
Formons l'union radicale
Allons au scrutin le front haut :
Pour sauver le pays il faut
Une chambre anticléricale.

La Marseillaise des cotillons

hymne féministe de L. de Chaumont 1848

Tremblez, tyrans portant culotte !
Femmes, notre jour est venu :
Point de pitié, mettons en note
Tous les torts du sexe barbu ;
Voilà trop longtemps que ça dure,
Notre patience est à bout.
Debout, Vésuviennes, debout,
Et lavons notre vieille injure.

Liberté, sur nos fronts
verse tes chauds rayons ;
Tremblez, tremblez,
maris jaloux,
respect aux cotillons !

L'homme, ce despote sauvage,
Eut soin de proclamer ses droits ;
Créons des droits à notre usage,
A notre usage, ayons des lois !
Si l'homme en l'an quatre-vingt-treize
Eut soin de ne songer qu'à lui,
Travaillons pour nous aujourd'hui,
Faisons nous une Marseillaise !

Jusqu'à ce jour, dans ce triste monde,
Tout était borgne ou de travers ;
Partout, sur la machine ronde,
La femme essuyait des revers.
Qu'un pareil chaos se débrouille,
A nous de battre le tambour !
Et vous, messieurs, à votre tour,
Filez, filez votre quenouille.

Combien de nous furent vexées,
Depuis le matin jusqu'au soir !
Nos pauvres paupières lassées
De pleurs étaient un réservoir.
Prenons, prenons notre revanche ;
Que le sexe battu jadis
Aujourd'hui batte ses maris.
Ainsi nous serons manche à manche.

On dit qu'Eve, notre grand-mère,
N'avait chemise ni maillot ;
Supprimons notre couturière,
Oui, la couturière est de trop.
La liberté, chaste amazone,
N'admet ni voiles ni verroux ;
A la barbe de nos époux
Luttons comme à Lacédémone.

La Marseillaise des mineurs

hymne écrit par Séraphin Cordier en 1891

Debout, mineurs ! levez la tête,
Haut vos coeurs si longtemps blessés !
Les patrons vont payer leur dette
Haut les bras, vieux lutteurs rusés.
Au service de vos vampires !
Le jour va luire de bonheur
De la liberté, ô mineurs,
Nos frères, le jour va enfin luire !

Courage, les mineurs ;
Espoir, séchons nos pleurs
Basly, Basly
nous défendra
Basly nous vengera.

Lorsque malgré notre courage,
La force, hélas ! nous a quitté ;
Avec un rire - lâche outrage -
On nous a collé sur le pavé.
Il faut pour nos vielles années,
Un refuge, du feu, du pain ;
Faudra-t-il donc crever la faim
Quand nos forces seront usées ?

Le patron dit : mineur, cloporte,
Chair à grisou, claque des dents,
Etouffe, meurs... eh ! que m'importe,
A toi la mort, à moi l'argent.
Ton fils a faim ?... le mien engraisse,
Tu es malade ? moi je vais bien ;
Ta femme est morte de chagrin ?
Fais comme moi, prends des maîtresses !

Mais c'est par trop de turpitude,
Lamendin releva le gant.
Rien ne l'arrêta : lassitude,
Trahisons, labeur écrasant.
Rien ne rebuta sa constance,
Il l'avait dit, il a vaincu ;
Basly, par les mineurs élu,
Là-bas prépare la revanche.

Tous deux savent notre misère,
Comme nous tous ils ont pleuré.
Ils sauront bien venger leurs frères ;
Ils le feront, ils l'ont juré.
Mais leur fortune est notre ouvrage,
Ils sont élus par l'ouvrier ;
Qu'ils se gardent de l'oublier,
Qu'ils ne forfaient point à leur tâche.

Une Marseillaise catholique

Allons enfants de la Patrie
Du Sacré-coeur et de Marie,
Poursuivons notre dynastie,
Le drapeau français s'est levé
Par les larmes versées de Marie.
Entendez-vous dans nos campagnes
Gronder la révolte des coeurs ?
Ils veulent un vrai roi des nations
Confirmé par le père éternel !

Debout, amis chrétiens !
voici le rédempteur !
Marchons !
suivons le Sacré-coeur :
c'est lui notre sauveur !

Aujourd'hui, la France a changé
Et le peuple entier s'est dressé
Par le sang de Jésus le Messie.
Sa croix glorieuse nous appelle.
Il faut réveiller les nations !
Montrons, montrons que le Seigneur
Nous revient pour mieux sauver le monde !

La Marseillaise de Pierre Weil

Allons enfants de la planète,
L'ère de la paix est arrivée !
Saturés de tant de conquêtes
Cultivons l'amour, la beauté
Ouvrons nous tous à la lumière
Nos coeurs et nos mains enlacés
Semons des fleurs sur les frontières
Et qu'en nous explose la joie d'aimer.

Vivons la liberté
et la fraternité
Chantons, dansons,
d'un seul élan
vibrons à l'unisson.

Que nos forêts et nos campagnes
Préservent la vie de nos bébés
Respirons l'air pur de nos montagnes
De notre terre fertile et sacrée
Inspirons-nous de la sagesse
Et qu'elle accompagne nos pas
Que nos coeurs s'emplissent de tendresse
Que des guerres l'esprit sonne le glas.

La Marseillaise noire

La Marseillaise noire de Camille Naudin

Fils d'africains, tristes victimes,
Qu'un joug absurde abrutissait,
De monstres oubliant les crimes,
Pensons à Jésus qui disait :
"Peuples, plus de sang, plus de guerre
Qui font rougir l'humanité,
Moi je suis la fraternité,
Embrassez-vous ! vous êtes frères."

Debout ! l'heure est venue ;
à chaque travailleur
Le pain,
le pain qu'il a gagné,
qu'importe sa couleur.

Assez longtemps, le fouet infâme
De ses sillons nous a brisés !
Sans nom, sans patrie et sans âme,
Assez de fers ! de honte, assez !
Que dans une sainte alliance
Les noirs et les blancs confondus,
A la mort des anciens abus,
Marchent tous plein de confiance.

Debout ! c'est l'heure solennelle
Où sur le vieux monde écroulé
Le despotisme qui chancelle
Vient couronner la liberté.
La discorde reprend sa pomme,
La raison humaine grandit ;
C'est l'intelligence et l'esprit
Et non-plus la peau qui fait l'homme.

Plus d'ombre ! partout la lumière,
C'est l'évangile qui paraît ;
Le Blanc dit au Noir : "mon frère,
A jamais Caïn disparaît".
Plus de sang ! l'impie ignorance,
Arme terrible du tyran,
Aux peuples s'entredéchirant
Ne dit plus : "mort sang et vengeance".

Allons ! malgré votre race
Hommes de couleur, unissez-vous,
Changez du monde la face
Car le soleil luit pour tous.
Que chaque peuple heureux, prospère,
Au fronton de l'humanité
Grave ces mots : "en toi j'espère,
Tu règneras, égalité".

La Marseillaise de la paix

d'Edith de Chalon (les 4 derniers couplets)

Terre, voici notre message :
C'est faire la paix le vrai courage;
Nous offrons à notre patrie
L'amour, la tendresse infinie.
Comme la France est notre mère,
Elle nous est unique et chère;
Notre pays a sa lumière.
Son idéal n'a pas de frontière.

Nous sommes les rayons
d'un éternel soleil :
La liberté,
l'égalité
et la fraternité.

Protégeons forêts et rivières
Les ressources de notre terre.
Défendons la mer, la montagne
Et l'avenir de nos campagnes.
Pour les générations futures
Soyons gardiens de la nature
Des pays et des paysages
Qu'ont fait les français de tous les âges.

La France est soeur de toute l'humanité.
Luttons contre la pauvreté.
L'amour est notre certitude
Contre la peur, la solitude.
Chaque enfant est une espérance,
Chaque être humain est une chance.
qu'il-n-y-ait plus jamais la guerre
Et que la paix règne sur la terre.

Enfants de France, donnons-nous la main,
Allons ensemble vers demain.
Que nos rêves se réalisent.
Soyons fiers de notre devise.
Pour que l'avenir nous sourie,
Nous chantons un hymne à la vie.
Que la paix, la joie nous inondent.
Soyons un exemple pour le monde.

Allons enfants de la Francophonie
Peuples unis, soyons amis !
Inventons, quelque soit notre âge,
Déployons tout notre courage.
et si quelqu'un ose nous dire
Que l'avenir est à l'anglais
Répondons-lui sans hésiter :
Non, l'avenir est à la Francophonie.

La version de Pierre Ménager

Allons les enfants de la France,
Le jour de gloire est arrivé.
Dans le ciel couleur d'espérance
L'étendard de justice est levé,
L'étendard de la fraternité.
La République nous appelle
Debout peuple fier et rebelle !
Nous vaincrons l'injustice et la peur,
Aux tyrans arracherons des pleurs.

Hourra ! voici l'espoir,
le chant de la victoire.
Marchons ! marchons !
la liberté
éclaire le monde entier.

La version de Corinne Marienneau

Allons enfants de la planète
Le jour de gloire est arrivé.
Contre nous de nos tyrannies
L'étendard sanglant est levé.

Entendez-vous dans toutes les âmes
Mugir ces féroces démons
Qui viennent jusque dans nos coeurs
Etouffer nos dons pour le bonheur.

Aux âmes citoyens,
formons nos intentions
Pensons, pensons
qu'un sang plus pur
abreuve nos poumons.

La chanson de Yannick Noha

Pour les enfants de la patrie,
le jour d'y croire est arrivé
Entre nous, la tyrannie,
Les bagarres c'est bien terminé
Efforçons-nous dans nos campagnes
D'ouvrir nos esprit à donner
De la paix, de la tolérance
Retrouver les vertus de la France.

Aux rêves citoyens,
formons enfin l'union
Vivons, vivons
la liberté
et la fraternité.

La chanson de Guito'B Joseph

Allons enfants de la patrie
Le jour de gloire est arrivé
Contre nous plus de tyrannie
Rassemblés pour l'égalité
Entendez-vous dans nos campagnes
Finir tous ces combats
Nos souffrances d'autrefois
Protégeons nos fils et nos compagnes

Plus d'armes, citoyens
rompez vos bataillons
Marchons marchons
main dans la main
ensemble nous le pouvons.

La version de Daniel Pasquier

Allons enfants de la planète
Le jour de fête est arrivé.
Oublions nos vielles conquêtes
Plus de guerre, plus de cruauté.
Entendez-vous aux alentours
Défiler ces soldats de naguère
Qui sont devenus troubadours
Et qui chantent "plus jamais la guerre !"


Plus d'armes, citoyens
Rompez vos bataillons
Dansons, chantons
d'une voix pure
Nos coeurs à l'unisson

Les hommes n'ont qu'une seule terre
Un grand village à partager
Que l'on brûle ces vieux chants de guerre
Pour apprendre ceux de l'amitié
Combien d'années, combien de jours
Faudra-t-il pour que nos citadelles
Enterrent leurs fusils et tambours
Et déclarent la paix universelle
.

La version d'Annie Loyau

Allons ensemble, allez la France,
Chanter et croire en l'avenir.
Concilions la joie, l'espérance,
Pour des temps sans guerre à venir.
Entendez-vous ce coeur qui bat,
Dans nos cités et nos campagnes,
En un brane-bas de combat :
Cet espoir déplaçant des montagnes !

En avant citoyens
Redressez-vous enfin.
Marchons, marchons,
Main dans la main,
Aujourd'hui et demain.

Partageons les fruits de la terre,
En un geste d'humanité.
Liberté, liberté chérie,
Vers toi tendent tous nos espoirs.
Ajoutons au bleu de l'histoire,
De la terre et des océans,
Le rouge d'une saine victoire,
Le vert des espaces et le blanc.

La réécriture de Pascal Lefèvre

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous levons, l'âme unie,
L'étendard de fraternité !
Entendez-vous dans les campagnes
Gémir ces frères morts, ces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Eclairer vos fils, vos compagnes.

Nos âmes, citoyens,
forment et font la nation !
Marchons, marchons,
qu'un sang d'azur...
abreuve nos sillons !

Il est encore beaucoup d'esclaves
De par le monde qui, enchaînés
0 des démons qui les entravent
N'oseraient pas se relever
Français ! aidons avec courage
Ceux qui voudraient se révolter
Pour conquérir leur liberté
Après des années d'esclavage !

Quoi ! d'autres raisons étrangères
A nos coeurs mettraient sans foyer
Des vieillards, des jeunes et des mères
Etant obligés de mendier !
Quoi ! nos mains seraient enchaînées
Pour soutenir ceux qui ploieraient
Sous la misère qui deviendrait
Maîtresse de nos destinées !

Français, c'est être magnanime
Pour ceux qui regrettent leurs coups
Et qui implorent leurs victimes
En se mettant à leurs genoux !
C'est être aussi toujours très fier
Lorsque l'on voit des sans-papiers
Venus chez nous pour travailler
Bien s'intégrer sur notre terre !

Amour sacré de la patrie
Conduis, soutiens nos bras, nos coeurs !
Liberté, liberté chérie,
Nous serons tous tes défenseurs !
Sous nos drapeaux que la victoire
Soit pour la paix pour très longtemps
Que tes ennemis s'en allant
Voient ton triomphe et notre gloire !

Peuple français, connais ta gloire
Couronné par l'égalité,
Quel triomphe, quelle victoire,
D'avoir conquis la liberté
Et puis surtout la paix sur terre
Faisant rêver les habitants
De ces pays dont les enfants
N'ont que connu le temps de guerre

Partout où vit la tyrannie
La France veille et fait l'effort
Pour qu'ici-bas ell' soit bannie ;
Tous les français veulent qu'encore
Vive à jamais la République
Qui les a toujours écoutés
Même aux moments les plus pressés
De son histoire politique !

C'est le pays des droits de l'homme
que nous envie chaque nation
Et que chacun regarde comme
Un véritable homme d'action !
Il se réveille et il s'engage
Dans le plus noble des combats
Quand le français arme son bras
Pour éradiquer l'esclavage.

Oui ! c'est encore le droit de vote
Que les enfants des immigirés
Nés en France ont reçu en dot
Avec la nationalité ;
Cela prouve une très féconde
et belle solidarité
Signe de fraie fraternité
Que trop ignorent en notre monde !

O vous ! que l'espoir environne,
Citoyens, soyez les premiers,
Osant changer bientôt la donne
En choisissant d'autres lauriers
Que ceux soumis à l'indicible
Ayant transformé en héros
Ces soldats morts sous les drapeaux
Qui se croyaient tous invincibles !

Nous devons penser à nos pères
Et nos aînés que ne sont plus
Mais qui auraient été très fiers
De savoir la guerre vaincue
Et que les français peuvent vivre
Désormais en paix sans qu'un deuil
De soldat n'afflige un aïeul
Qui ne pourra pas y survivre !

Enfants que l'honneur la patrie
Fassent l'objet de tous nos voeux !
Ayons toujours l'âme nourrie
Des feux qu'ils inspirent tous deux.
Soyons unis ! tout est possible ;
Mêmes nos erreurs s'envoleront
Alors les français oublieront
Qu'ils chantaient ce refrain terrible.

La version de Marie Robert

Levons-nous peuples de la terre
Bâtissons l'avenir meilleur
Exigeons des puissances temporelles
La santé, la justice, le respect
Sans distinction, pour tous exigeons
La dignité l'éducation
De nos filles et de nos garçons
Marchons sur toute la planète
Libres, égaux et fiers de l'être.

A l'oeuvre, citoyens
du monde entier soyons
Semons, cueillons
partageons nos rêves
de conciliation

Soeurs et frères riches de promesses
Construisons la paix, la sagesse
Apprenons à nos enfants leurs droits
En conscience acceptons nos devoirs
Entre l'Orient et l'Occident
Aplanissons les différends
Reconnaissons nos différences
Nos héritages et nos souffrances
Vivons dignes debout dans la lumière

A l'oeuvre, citoyens
du monde entier soyons
Créons, marchons,
et cultivons
de vraies aspirations

Marchons ensemble solidaires
Femmes et hommes sur notre terre
Ancrés aux espoirs de nos pères
Puisant dans la force des mères
Laissons les armements aux vestiaires
Les cris les larmes au cimetière
De nos errances et de nos peines,
Du passé réparons les outrages
Guérissons des violences les dommages

A l'oeuvre, citoyens
du monde entier soyons
Chantons, dansons,
et affirmons
notre libération

Portons aux ombres mortifères
La clarté des astres du ciel
Du dialogue et de l'amitié
Vérifions les heureux bienfaits
Sans souci de dresser des frontières
Ni soumissions ni esclavages
Devenons justes et responsables
Gardons vivantes nos couleurs
Abondantes, des fruits les saveurs

A l'ouvre, citoyens
du monde entier soyons
Avançons, résistons
Libérons-nous
de toutes oppressions

Faisons de la diversité
La richesse de l'humanité
D'un pas joyeux nous progressons
Pour la liberté la vie nous créons
Du nord au sud et de l'est à l'ouest
Partout protégeons la jeunesse
Des atteintes et blessures à l'enfance
Des pouvoirs refusons toujours
Humiliations mépris et arrogances

A l'oeuvre citoyens
du monde entier soyons
Veillons, voyons
avec largesse
problèmes et solutions

La guerre est faillite annoncée
De l'humanité attachée
Aux quêtes des profits insensés
Et des pouvoirs démesurés
Au mépris des plus nobles vertus
Du concert des populations
Sans violence nous apprenons
A nous distancer des tensions
A gérer les conflits et les haines

A l'oeuvre, citoyens
du monde entier, soyons
Aimons, parlons,
embellissons
nos villes, nos campagnes

Créons des harmonies fertiles
Exprimons-nous, communiquons
Aux générations en gestation
Léguons la paix en héritage,
Laissons vivante, saine, féconde
Une planète où il fait bon
Respirer, inventer, agissons !
Cueillons dans nos jardins secrets
L'énergie du courage en partage

A l'oeuvre, citoyens
du monde entier, soyons
Semons, semons
et récoltons
la paix pour les nations

La version de Olga Behar
Allons enfants de la patrie
Le jour de gloire est arrivé
Contre ceux de la tyrannie
L'étendard triomphant est levé
Entendez-vous dans les campagnes
Ces chants de la liberté
Qui viennent dans tous les foyers
Appeler à la fraternité

Sans armes, citoyen
rompons nos bataillons
Marchons ! marchons !
que les coeurs purs
nous montrent l'horizon
La version de Yvonne Androuin
Allons enfants de notre terre
Sachons enfin nous rassembler
Cessons de combattre nos frères
La patrie c'est le monde entier
Dans les sillons, que nos semailles
Préparent le blé pour demain,
Que tout être mange à sa faim
Que les armes deviennent ferrailles !

Amis, unissons-nous,
que règnent parmi nous,
La liberté
l'égalité
et la fraternité.
Le chant des partisans

composé à Londres en 1943 par Anna Marly, Joseph Kessel, Maurice Druon

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines,
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne,
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme
Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades,
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades,
Ohé les tueurs, à vos armes et vos couteaux, tirez vite.
Ohé saboteur, attention à ton fardeau dynamite...

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens aux creux des lits font des rêves.
Ici, nous vois-tu, nous on marche et nous on tue... nous on crève...

Ici, chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait, quand il passe.
Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute...

Ma Normandie de Frédéric Berat (1836)

Quand tout renaît à l'espérance,
Et que l'hiver fuit loin de nous,
Sous le beau ciel de notre France,
Quand le soleil revient plus doux,
Quand la nature est reverdie,
Quand l'hirondelle est de retour,
J'aime à revoir ma vieille patrie.
C'est le pays qui m'a donné le jour.

J'ai vu les champs de l'Helvétie,
Et ses chalets et ses glaciers ;
J'ai vu le ciel de l'Italie,
Et Venise et ses gondoliers.
En saluant chaque pays,
Je me disais : aucun séjour
N'est plus beau que ma vieille patrie.
C'est le pays qui m'a donné le jour.

Il est un âge dans la vie
Où chaque rêve doit finir,
Un âge où l'âme recueillie
A besoin de se souvenir.
Lorsque ma muse refroidie
Aura fini ses chants d'amour,
J'irai revoir ma vieille patrie.
C'est le pays qui m'a donné le jour.

Vign_suffrage
Allégorie du XIX° siècle représentant le suffrage universel
Vign_exposition1
L'exposition universelle de Paris en 1889
Vign_fete
Représentants des puissances étrangères venus saluer la République (le douanier Rousseau, 1907)
Vign_fuller5
Créer un site avec WebSelf
"Le nationalisme c'est la guerre" (F. Mitterrand)